Notes biographiques

Dan Normandeau

 

Dan Normandeau

Daniel Normandeau, président de Consultants ConversArt ltée, offre depuis plus de 30 ans, des services de consultation aux cadres supérieurs du secteur public et du secteur privé. Après une carrière dans la fonction publique,il s’est associé à l’Université d’Ottawa, dans leur programme de leadership pour la fonction publique. Son domaine d'expertise est l’intégration de la stratégie. M. Normandeau offre des services de consultation en gestion, en développement du leadership, et en soutien au développement professionnel et stratégique. Il collabore avec ses clients pour élaborer des stratégies visant à exploiter le plein potentiel des personnes, des programmes et des politiques  afin d’atteindre les objectifs de l’organisation. Il a facilité des dialogues stratégiques avec des cadres supérieurs de plusieurs organismes. M.Normandeau a également élaboré et facilité des conférences nationales et internationales exigeantes, tout comme des réunions de groupes de travail de niveau supérieur sur d’importants enjeux pour les gouvernements et leurs organisations.

 

Marie-Claude Landry, Ad. E.

 

Marie-Claude Landry, Ad. E.

Marie-Claude Landry, Ad. E., est présidente de la Commission canadienne des droits de la personne depuis sa nomination en mars 2015 pour un mandat de sept ans. Jusqu’à cette date, elle était l’associée principale du cabinet d’avocats Landry, Boucher et associés qu’elle a cofondé. Forte de nombreuses distinctions, Mme Landry est une leader dans sa région des Cantons de l’Est, au Québec, où elle a travaillé à l’amélioration des services de santé et de soins palliatifs. Elle a aussi œuvré à maintenir les services judiciaires, à dynamiser l’entreprenariat local et à favoriser le développement communautaire. Dignes d’intérêt, ses activités professionnelles et communautaires lui ont valu de nombreuses reconnaissances honorifiques, dont le titre Avocate émérite du Barreau du Québec et le prix Mérite du Barreau de Bedford. En 2015, la Ville de Cowansville lui a remis les clés de la ville, et la communauté de Brome-Missisquoi l’a nommée personnalité de l'année. Toujours soucieuse de placer la personne au cœur de ses actions, Mme Landry utilise son leadership en droits de la personne pour continuer à protéger les gens en situation de vulnérabilité et à travailler avec ses partenaires dans un esprit de collaboration. Elle vit à Ottawa, en Ontario.

 

Tiq Milan

 

Tiq Milan

Journaliste, défenseur transgenre et consultant auprès des médias, Tiq Milan milite pour la communauté LGBT depuis plus de dix ans. À titre de professeur et de mentor, il s’est lancé dans le militantisme de base dans le Bronx et au Hetrick-Martin Institute, foyer de l’unique école secondaire LGBT aux États-Unis, l’École Harvey Milk. C’est aussi un écrivain et journaliste qui s’est fait une place en tant que défenseur des médias, et l’un des principaux porte-parole de l’égalité des personnes transgenres. Il a gagné plusieurs prix pour son militantisme auprès des médias, de la part d’organisations comme The Hispanic Black Gay Coalition, Black Transman Advocacy Inc, The National Trans Latina Coalition et The National Pride Index. Il a aussi été honoré par BET, Ebony Magazine, et MTV.

 

 

Kim Katrin Milan

 

Kim Katrin Milan

Kim est co-fondatrice de The People Project et militante pour la justice et l’inclusion. Le mouvement People Project est une initiative visant à promouvoir l’émancipation locale et internationale grâce à l’éducation alternative, le militantisme artistique et la collaboration. Ses discours sont ancrés dans une version moderne de « la règle d’or ». Selon Kim, au lieu de penser que la façon dont nous voulons être traités est la norme pour tous, nous devrions traiter les autres de la façon dont ils veulent être traités, c’est-à-dire demander leur avis et les écouter.

 

 

Peggy Warolin

 

Peggy Warolin

Membre du Barreau du Québec depuis 2004, Mme Peggy Warolin travaille en pratique privée dans son propre cabinet fondé en 2005. Elle est spécialisée en litiges, en droit civil et administratif, en droit de la famille, et en protection de la jeunesse. De plus, elle travaille en étroite collaboration avec les communautés autochtones de sa région. Elle a occupé les fonctions de présidente du Barreau de l'Abitibi-Témiscamingue, membre du Conseil général du Barreau du Québec, et membre du conseil d'administration de l'Association des avocats de province. Mme Warolin a participé à plusieurs missions dans différentes communautés inuites du nord du Canada et elle a cosigné le Rapport sur les missions du Barreau du Québec auprès des communautés autochtones du Grand-Nord québécois.  À la suite du rapport, le ministre de la Justice du Québec l’a nommée à la Table socio-judiciaire autochtone. Mme Warolin défend avec ardeur les droits et les besoins des minorités et des membres les plus vulnérables de la société.

Bernie Farber

 

Bernie Faber

Au cours de sa carrière s’étendant sur plus d’un quart de siècle, Bernie Farber, l’un des directeurs généraux d’ONG les plus accomplis au Canada, s’est concentré sur les droits de la personne, le pluralisme et les relations interraciales, interethniques et interconfessionnelles. Reconnu et sollicité par les tribunaux, les médias et les forces de l’ordre, il est un expert des droits civiques et de la personne et l’un des seuls dans ce domaine à être accepté par les tribunaux canadiens comme spécialiste des crimes haineux, de la suprématie blanche et de la lutte au racisme. Ses efforts ont été documentés dans de nombreuses publications touchant les droits de la personne, notamment des livres, des journaux et des magazines. Son œuvre a en outre été citée pour son expertise dans bon nombre de publications universitaires. M. Farber a dirigé avec succès de grandes fondations et des ONG, comme le Congrès juif canadien et la fondation Paloma, toutes axées sur la création d’une société meilleure. Aujourd’hui, M. Farber est le directeur général de la Mosaic Institute, qui fournit des plateformes sécuritaires dédiées au dialogue citoyen menant à des interactions positives au sein des communautés diverses du Canada.

Donna Jodhan

 

Donna Jodhan

Donna est la fondatrice de Canada sans Barrières. Donna est l’ancienne présidente et deuxième vice-présidente de l’Alliance pour l’égalité des personnes aveugles du Canada, et ancienne directrice des communications de l’Association canadienne des sports pour aveugles. C’est une entrepreneure, blogueuse, auteure, créatrice d’énigmes sonores, baladodiffuseuse et étudiante en droit. Donna vit et travaille à Toronto, en Ontario. Elle est entrepreneure et présidente de sa propre entreprise, Sterling Creations, depuis 2000. Donna a écrit trois livres : Secrets to financial success, Untapped wealth, et Untapped wealth discovered. Donna est aussi l’auteure de Detective DJ Crime Crushers series - trois saisons et 12 days of Christmas box set. Donna est lauréate du prix « Héros méconnu » 2008 de la ville de Toronto, récipiendaire du prix du magazine Backbone 2011, décerné parce qu’elle fait partie des 15 meilleurs professionnels canadiens des arts médiatiques. Elle a reçu également le Prix de la personne de l’année 2017 du Conseil canadien des aveugles.

John Dick

 

John Dick

John Dick est le coordonnateur du Conseil des patients du Centre des sciences de la santé mentale de l'Ontario, qui fournit une perspective du consommateur, sur les problèmes systémiques et les services offerts à l'hôpital. John est l'un des membres fondateurs du Conseil des patients, créé au centre en 1993. Il travaille à l’hôpital depuis 8 ans. John est un ancien consommateur du système de santé mentale. Depuis les 15 dernières années, il a été conférencier avec le programme « Parlons de la maladie mentale » et il s’est adressé à plus de 60 000 élèves à propos des préjugés que suscitent la maladie mentale et la toxicomanie. John a participé à un documentaire sur le même sujet, intitulé « Extraordinary People ». Il est aussi récipiendaire du Prix de distinction du procureur général pour les services aux victimes. John partage ouvertement son histoire dans le but de briser les barrières causées par la maladie mentale et croit que nous pouvons tous nous retrouver en tant que communauté si nous nous débarrassons des pensées négatives à propos de ceux qui sont atteints de maladies mentales.

 

 

Ed Bianci

 

Ed Bianci

Avant de devenir gestionnaire du programme KAIROS en 2012, Ed coordonnait le programme « Droits des Autochtones » du même organisme. Cela consistait à travailler avec les peuples autochtones et leurs alliés au sujet de l’éducation publique nationale et internationale, et au sujet des mesures visant la reconnaissance et le respect des droits des peuples autochtones. La création de KAIROS en 2001 a permis de rassembler 10 coalitions œcuméniques pour la défense de la justice sociale, dont la Coalition pour les droits des autochtones (CDA), qui a uni des églises, des organisations religieuses, des peuples autochtones et des groupes régionaux. Ed a été coordonnateur national de la CDA de 1995 à 2001. Ed est titulaire d’un baccalauréat en journalisme de l’Université de Carleton à Ottawa et il est le premier étudiant de l’Université York de Toronto à obtenir une maîtrise conjointe en beaux-arts (spécialisée en cinéma) et en études environnementales. À Toronto, Ed a co-fondé le groupe « Les amis des Lubicons », qui soutient la Première Nation crie du lac Lubicon en Alberta.

Adam Akpik

 

Adam Akpik

Adam Akpik est né et a grandi à Iqaluit, au Nunavut. Il a terminé sa deuxième et dernière année en Nunavut Sivuniksavut, un programme postsecondaire d’études inuits et d’études inuits avancées affilié au Collège algonquin et situé à Ottawa, en Ontario, en mai 2016. Il travaille actuellement pour l’Embrace Life Council, un organisme sans but lucratif territorial visant à prévenir le suicide qui encourage les Nunavummiuts à valoriser et à célébrer la vie. Adam est aussi très engagé dans les questions inuits et autochtones et se passionne pour ces dernières, en plus de s’intéresser aux politiques du Nunavut et du Canada.

 

 

 

Bonnie Brayton

 

Bonnie Brayton

Leader reconnue des mouvements féministes et des personnes handicapées, Bonnie Brayton est directrice exécutive nationale du Réseau d’action des femmes handicapées (RAFH) du Canada depuis mai 2007. Elle s’est avérée une formidable défenseure des femmes handicapées. Au cours de son mandat au sein de RAFH Canada, Mme Brayton a travaillé diligemment pour mettre en lumière les principaux enjeux touchant les vies des femmes handicapées en ce qui a trait à l’équité en matière de santé, au logement, à l’emploi et à la violence. Elle a fortement fait la promotion de la représentation des femmes handicapées dans les changements de politiques, du secteur de l’emploi à celui de la justice, et se trouve au cœur du combat contre les obstacles systémiques, et ce, sur tous les plans. En 2016, elle a été nommée membre du Conseil consultatif contre la violence fondée sur le sexe de la ministre de la Condition féminine. Elle est aussi présidente de Coup de balai, une entreprise sociale innovante qui offre des soins à domicile aux personnes handicapées et aux aînés dans sa communauté.

Alexandre Baril

 

Alexandre Baril

La formation multidisciplinaire d’Alexandre Baril combine dix années d’études en éthique et philosophie, ainsi qu’un doctorat en études des femmes. Après un séjour comme professeur invité en études féministes, de genre et des sexualités à Wesleyan University, Dr. Baril a occupé un poste comme professeur adjoint remplaçant à l’Institut d’études féministes et de genre de l’Université d’Ottawa. Depuis septembre 2016, en tant que lauréat de la bourse Izaak Walton Killam, il poursuit une recherche postdoctorale portant sur les intersections entre les politiques des personnes trans et des personnes handicapées au Département de science politique de Dalhousie University. Comme théoricien et activiste, il mène des recherches interdisciplinaires et intersectionnelles à la croisée des études féministes et de genre, queers, trans*, sur le handicap et de la sociologie du corps, de la santé et des mouvements sociaux.

 

 

Ian Hamilton

 

Ian Hamilton

Ian a été nommé directeur général d’Equitas en 2004.  Equitas est l'organisation la plus ancienne et la plus active au Canada, en matière d'éducation aux droits humains. Dans son rôle, Ian est responsable de prendre l’initiative du développement et de la mise en œuvre des stratégies de l’organisation. Il a d’abord occupé le poste de directeur des programmes, contribuant à la création des programmes et des projets de renforcement des capacités des commissions nationales des droits humains, particulièrement en Asie. Avant d’arriver à Equitas, Ian a travaillé pendant 16 mois à Bangkok pour le Comité de coordination des organisations de droits de l’Homme de la Thaïlande, appuyant leur campagne pour la création d’une commission nationale des droits humains dans ce pays. Auparavant, il a occupé différents postes, notamment celui d’agent de programme de l’Asie, pour le Centre international des droits de la personne et du développement démocratique (Droits et Démocratie) à Montréal.

Max FineDay

 

Max FineDay

Max FineDay est un activiste nêhiyaw de la Première nation Sweetgrass et occupe présentement le poste de co-directeur exécutif de Canadian Roots Exchange. Max est connu à l'échelle nationale pour son travail sur le développement du leadership chez les jeunes; au cœur de ses efforts : des idées et des projets qui poussent le Canada vers la réconciliation avec les peuples autochtones. Max est axé sur l’atteinte des résultats, l’établissement de relations et sur la discussion à la fois à propos des défis et des occasions favorables qui existent présentement pour le Canada et les peuples autochtones. Il est actuellement basé à Toronto et vous pouvez le retrouver sur Twitter, @MaxFineDay.

 

 

Jennifer Reddy

 

Jennifer Reddy

Je suis passionnée de découvrir comment chacun de nous peut répondre au défi d’en faire davantage dans son rôle de citoyen du monde. Dans ma poursuite de cet objectif, j'ai passé les 15 dernières années à explorer les innovations mondiales en matière d'éducation, d'établissement des immigrants et des réfugiés et de développement des jeunes. Je dirige le programme primé Engaged Immigrant Youth du Conseil scolaire de Vancouver. En tant que cofondatrice d'EdMeCo, je soutiens les jeunes adultes dans l’atteinte de leurs objectifs professionnels. Je suis née de parents migrants, originaires de Fidji et j’ai grandi dans les East Kootenays. J’aime prendre des pauses de réflexion lorsque je suis en famille ou avec des amis, en écoutant de la musique « live », en allant à la pêche ou bien lors de mes voyages. Restez en contact: jreddy@vsb.bc.ca; Twitter : @reddyforchange; Instagram : @elkford; Skype jennifereddy . 

 

 

Landon Pearson

 

Landon Pearson

L’honorable Landon Pearson O.C, ancienne sénatrice, défendant depuis longtemps la cause des enfants, est actuellement présidente du Landon Pearson Resource Centre pour l’étude de l’enfance et des droits des enfants à l’Université Carleton. Madame Landon Pearson s’est consacrée pendant de nombreuses années à des activités et à des questions liées aux enfants et aux jeunes. Avec son défunt mari, Geoffrey, éminent diplomate, elle a représenté le Canada en France, au Mexique, en Inde et dans l’ancienne Union soviétique; elle travaillait avec des enfants de ces pays dès qu’elle en avait la possibilité. Au Sénat, elle était la « sénatrice des enfants » et elle a continué à œuvrer sur des questions internationales relatives aux enfants, en agissant à titre de conseillère sur les droits des enfants; elle a été nommée représentante personnelle du premier ministre Jean Chrétien à la session extraordinaire de l'ONU sur les enfants de 2002. Depuis qu’elle a quitté le Sénat, Madame Landon Pearson s’est vouée à permettre aux jeunes d’exercer leur « droit à la parole » et à établir une communauté d’universitaires défenseurs des droits des enfants, chargés de les écouter. Elle a publié deux livres, en a co-écrit deux autres et rédigé de nombreux articles et rapports.

Louise Bradley

 

Louise Bradley

Louise Bradley a dévoué sa vie professionnelle à améliorer la santé mentale des Canadiens. Son expérience extrêmement personnelle avec le processus de guérison l’a guidée vers un style de leadership à la fois bienveillant et courageux. Mme Bradley a influencé le milieu pour améliorer les soins offerts aux patients et en étant une pionnière du rétablissement dans un contexte médico-légal et pénitentiaire. Porte-parole infatigable de la santé mentale en milieu de travail, elle a supervisé la création de la première norme de sécurité psychologique en milieu de travail au monde, qui a depuis été acclamée sur la scène internationale. Mme Bradley recevra en 2017 le Prix pour réalisation humanitaire pour son travail visant à améliorer le bien-être psychologique des Canadiens. En outre, le Collège canadien des leaders en santé lui a décerné le prix d’innovation en matière de leadership en soin de santé; elle a de plus reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II. Elle utilise sa plateforme pour encourager le financement accordé à la santé mentale et souligner la nécessité de s’attaquer aux besoins en matière de santé mentale des personnes vulnérables et à risque.

Nitika Rewari

 

Nitika Rewari

Dans le cadre de ses fonctions à la Commission de la santé mentale du Canada, Nitika Rewari a supervisé des activités de recherche, d’évaluation et de transfert des connaissances en vue de définir des stratégies efficaces et de diffuser des connaissances au sujet de la santé mentale au travail. Plus récemment, Nitika a dirigé un projet d’étude de cas de trois ans parmi plus de 40 organisations dans l’ensemble du Canada afin de déterminer des pratiques prometteuses dans la mise en œuvre de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologique en milieu de travail.

 

 

 

Heather Stuart

 

Heather Stuart

Heather Stuart détient une maîtrise en sociologie et un doctorat en épidémiologie; elle est spécialisée en épidémiologie psychiatrique et en recherche sur les services de santé mentale. Elle est professeure titulaire de la Chaire de recherche Bell Canada sur la santé mentale et la lutte contre la stigmatisation au département des Sciences de la santé publique de l’Université Queen’s, à Kingston (Ontario), avec une nomination au département de Psychiatrie et à l’école de Réadaptation. Elle est consultante principale du programme « Changer les mentalités » de la Commission de la santé mentale du Canada, contre la stigmatisation; elle est ancienne présidente de la section scientifique sur la stigmatisation et la maladie mentale de l’Association mondiale de psychiatrie. Ses principaux domaines de recherche sont la santé mentale liée à la stigmatisation et à la discrimination, et l’évaluation du système et des programmes de santé mentale. Elle a contribué à des ouvrages scientifiques dans les domaines de l’évaluation des besoins en santé mentale, dans le suicide et les moyens de l’empêcher, dans la stigmatisation et les moyens de la réduire, et dans la santé mentale en milieu de travail.

Dr. Rebecca Gewurtz

 

Dr. Rebecca Gewurtz

Dr Rebecca Gewurtz est chargée d’enseignement à l’École des sciences de la réadaptation de l’Université Mac Master. Ses recherches traitent de l’emploi et de la participation à la communauté des personnes handicapées, et de l’incidence de la politique sociale sur la façon dont les systèmes de bénéfices et les soutiens à l’emploi se vivent dans la pratique. Rebecca dirige une étude du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) sur les stratégies visant à améliorer les occasions d’emploi des personnes souffrant de maladie mentale lorsqu’elles bénéficient de soutien du revenu destiné aux personnes handicapées. Elle est aussi co-chercheuse au Centre de recherche sur les politiques en matière d’invalidité professionnelle, et participe à étudier les expériences des travailleurs blessés, des personnes qui ont une capacité de travail intermittente, et des politiques et pratiques d’aménagement du lieu de travail. Elle travaille avec la Commission de la santé mentale du Canada afin de mettre au point un bilan de rentabilité sur la manière de recruter et de retenir les employés souffrant de maladie mentale.

 

Lyne Wilson

 

Lyne Wilson

Lyne Wilson est directrice du service Acquisition de talents et santé organisationnelle pour NAV Canada, exploitant du système de navigation aérienne civile du Canada. Elle est responsable des activités liées aux ressources humaines, dans une perspective à la fois opérationnelle et stratégique. Depuis 2000, Lyne a occupé un plusieurs postes chez NAV Canada. Elle est actuellement responsable du service « Acquisition de talents », des programmes relatifs à la santé et au bien-être des employés, et des réclamations concernant les relations avec les employés. Lyne a fait la promotion de la santé mentale en milieu de travail en élaborant une stratégie relative à la santé mentale en 2009, et en mettant au point un programme de soutien par les pairs, « Pour éclairer votre chemin », en octobre 2012. Avant d’être recrutée par NAV Canada, Lyne travaillait à Radio Canada et à Énergie atomique du Canada limitée (EACL).

 

John Packer

 

John Packer

John Packer est professeur agrégé de droit à l’Université d’Ottawa et directeur du Centre de recherche et d’éducation en droits de la personne, où il est responsable de la direction générale de la recherche, de l’enseignement et de la sensibilisation. Au cours de ses 30 ans de carrière, il a œuvré pendant 20 ans au sein d’organismes intergouvernementaux (HCNUR, OIT, HCDH, DAPNU, OSCE), conseillant les principales organisations régionales et intergouvernementales, de nombreux gouvernements, communautés et autres acteurs dans plus de cinquante pays. Sa recherche et sa pratique convergent au croisement des droits de la personne (dont ceux des minorités) et de la sécurité; c’est-à-dire la prévention des conflits et la diplomatie pacifique, la médiation internationale, les ententes transitionnelles aux échelons nationaux et multilatéraux. Il est l’auteur d’un grand nombre de publications et membre de comités de plusieurs revues universitaires et d’ONG; il fait partie du Groupe consultatif d’experts du Shared Societies Project du Club de Madrid, qui comprend près de 100 anciens chefs d’État ou de gouvernements de démocraties.

Alex Neve

 

Alex Neve

Alex Neve croit en un monde dans lequel les droits de toutes les personnes sont protégés. Il est membre d’Amnistie internationale depuis 1985 et occupe le poste de secrétaire général d’Amnésie internationale Canada depuis 2000. À ce titre, il a mené à bien de nombreuses missions de recherche sur les droits de la personne dans l’ensemble de l’Afrique et de l’Amérique latine, et plus près de son pays d’origine dans des endroits tels que la Première Nation Grassy Narrows du nord-ouest de l’Ontario et le camp de Guantánamo Bay. Il prononce des allocutions partout au Canada sur un large éventail d’enjeux liés aux droits de la personne, témoigne régulièrement devant des comités parlementaires et des organismes des Nations Unies et agit souvent à titre de commentateur dans les médias. Il est membre du conseil d’administration du Partenariat Afrique Canada, du Centre canadien pour la justice internationale et du Centre for Law and Democracy. Alex Neve a été nommé Officier de l’Ordre du Canada et mentor de la Fondation Pierre-Elliott-Trudeau, et l'Université du Nouveau-Brunswick lui a décerné un doctorat honorifique en droit.

Farida Deif

 

Farida Deif

Farida Deif est directrice de Human Rights Watch au Canada. Établie à Toronto, elle surveille les violations des droits de la personne au Canada et milite pour que la politique étrangère canadienne en assure le respect. Deif a travaillé aux Nations Unies avec l’UNICEF, avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et avec ONU Femmes, où elle a agi à titre de directrice adjointe pour le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Experte de la violence fondée sur le sexe, elle cumule plus de 13 ans d’expérience dans la recherche en matière violence à l’égard des femmes, et en mise en œuvre de programmes visant à régler ces abus. Au cours de sa carrière, elle a agi à titre de chercheuse au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour la division des droits des femmes de Human Rights Watch, où elle enquêtait sur les problèmes allant de détention arbitraire des femmes jusqu’aux meurtres commis pour des motifs liés au genre. Elle a participé aux premières missions exploratoires de Human Rights Watch en Libye et en Arabie Saoudite; elle a publié de nombreux articles sur les violations des droits de la personne dans cette région. Elle parle arabe, anglais et français.

Shahina Siddiqui

 

Shahina Siddiqui

Shahina Siddiqui est venue du Pakistan pour s’installer à Winnipeg (Manitoba). Shahina est écrivaine autonome, auteure, conseillère spirituelle, intervenante et éducatrice. Elle a co-fondé l’Association des services sociaux islamiques (ASSI) et est toujours présidente et directrice exécutive bénévole pour l’ISSA au Canada. Shahina a travaillé pendant plusieurs décennies à créer des liens entre les communautés, pour aider à préserver les droits humains et développer une compétence culturelle et une compréhension mutuelle. Elle a été le sujet de plusieurs articles de magazines, journaux et livres et a mérité plusieurs distinctions honorifiques. Elle a organisé plusieurs événements visant à rassembler des groupes interreligieux et culturels pour nouer des liens de compréhension entre eux et développer une sincère appréciation du multiculturalisme. Elle a fondé l’Institut des femmes canadiennes musulmanes et elle est l’une des membres fondatrices de l’Institut de leadership musulman du Canada. Elle travaille pour le comité consultatif national de l’Association canadienne des musulmans handicapés.

Shaheen Azmi

 

Shaheen Azmi

Shahn Azmi a occupé plusieurs postes supérieurs depuis plus de 18 ans à la Commission ontarienne des droits de la personne. À titre de directeur de la division de la politique, de l’éducation, de la surveillance et de la sensibilisation, il a supervisé l’élaboration de plusieurs grandes politiques et publications sur les droits de la personne dont une politique sur les droits contradictoires de la Commission de 2012, qui comprend un cadre détaillé visant à identifier, analyser et respecter les droits de la personne contradictoires. Il a aussi publié des articles sur l’élaboration de cette politique et co-édité le livre : Balancing Competing Human Rights Claims in a Diverse Society : Institutions, Policy, Principles, publié par Irwin Law. Ses recherches universitaires portaient sur  les défis de la diversité dans les services à la personne et le bien-être social, avec une attention particulière sur les besoins des minorités ethniques, raciales et religieuses au Canada.

Samuel Singer

 

Samuel Singer

Samuel Singer est professeur adjoint à l’Université Thompson Rivers. Au cours de ses études juridiques, Me Singer a été le cofondateur et le coordinateur d’une clinique de renseignements juridiques destinée aux organisations de charité et sans but lucratif. Me Singer a plus récemment pratiqué seul dans les domaines du droit fiscal, des organismes sans but lucratif et de charité, et du droit relié aux questions LGBTQ. Me Singer défend depuis longtemps les droits des personnes trans, y compris par l’entremise de travaux de défense juridique et de renforcement des capacités. En 2014, il a fondé la Clinique juridique trans, à Montréal, et a depuis été son avocat chargé de la supervision. Il est membre du comité des problèmes juridiques d’Egale. Me Singer s’intéresse également à la recherche sur les personnes trans et la loi, ainsi que sur le rôle des décideurs discrétionnaires dans la régie des vies des personnes trans. Il est membre des Barreaux du Québec et de l’Ontario. Samuel nourrit aussi une passion pour les lois et politiques fiscales, touchant particulièrement les organismes de charité et les dons de charité.

 

Nicole Nussbaum

 

Nicole Nussbaum

Mme Neshama Nicole Nussbaum est présidente sortante de la Conférence sur l’orientation et l’identité sexuelles de l'Association du Barreau canadien et est présidente sortante de l'Association canadienne des professionnels en santé des personnes transsexuelles. Nicole a donné le premier cours au Canada axé exclusivement sur le droit et l'identité de genre offert par le Département des études et de la recherche féministes à l'Université de Western Ontario. Elle a été conseillère juridique pour l’initiative Trans Family Law du LGBTQ Parenting Network. Mme Nussbaum est une avocate de London, en Ontario, ayant une expérience dans les domaines du droit de la famille, du droit du travail et des droits de la personne.  Elle est aussi directrice, au projet Transforming Justice: Trans* Legal Needs Assessment Ontario, qui est administrée par la HIV & Aids Legal Clinic Ontario.

 

 

 

Françoise Susset

 

Françoise Susset

Françoise Susset est psychologue clinicienne et thérapeute conjugale et familiale avec plus de 25 ans d’expérience dans le travail auprès des individus, des couples et des familles LGBT. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’évaluation et au suivi clinique des adultes et des adolescents trans, durant et au-delà de la transition. Elle est spécialisée également dans le soutien aux familles dont l’enfant exprime son genre de manière non normative afin d’aider les familles et les écoles à remettre en question des notions associées à la sexualité, l’orientation sexuelle, l’identité sexuelle et l’expression de genre. Françoise est membre de l’Association des professionnels en santé des personnes transgenres et ancienne présidente de l’Association canadienne des professionnels en santé des personnes transgenres. Françoise s'implique dans les projets de changement social en travaillant de pair avec les groupes de défense LGB et trans. Elle a produit des mémoires sur des sujets tels que le mariage chez les couples de même sexe et plus récemment, elle a témoigné à des commissions parlementaires au Québec concernant les droits parentaux des familles homoparentales, l’accès au changement de mention du sexe pour les mineurs trans.

Nora Spinks

 

Nora Spinks

Conférencière renommée et maître à penser, Nora Spinks a passé plus de 25 ans à travailler avec des organismes avant-gardistes ainsi qu’avec des leaders  au Canada et à l’étranger afin de consolider les familles, créer des milieux de travail productifs et coopératifs, et bâtir des collectivités saines. Nora est devenue une sommité sur la conciliation travail-vie personnelle, sur les familles et la vie familiale, fournissant des informations, des idées inspirantes à divers organismes et personnes du Canada. Depuis 2011, à titre de directrice générale de l’Institut Vanier de la famille, Nora incité les chercheurs  à mobiliser le savoir, à bâtir des communautés chargées de la recherche et à rapprocher ceux qui s’emploient à étudier, à servir et à soutenir les différentes familles du Canada. Elle a joué un rôle essentiel dans d’importantes initiatives de recherches comme « Les soins et le travail », « l’Initiative pour les familles de militaires au Canada », « En mouvement » et le projet The Family and Changing Gender Roles. Nora a reçu de nombreuses récompenses, dont la Médaille du jubilé de diamant de la reine Élizabeth II, la Médaille du 125e anniversaire de la Confédération du Canada pour services communautaires distingués, le prix annuel des pionniers du mieux-être en milieu de travail et le prix remis au bénévole de l’année par l’organisme Partenariat en Éducation.

Sheila Osborne-Brown

 

Sheila Osborne-Brown

Sheila Osborne-Brown est avocate-conseil principale et chef d’équipe de la division des services juridiques de la Commission canadienne des droits de la personne. Elle donne des conseils à la fois sur des litiges et sur des questions juridiques. Elle est membre des Barreaux de l’Ontario, de Terre-Neuve, du Labrador et de la Californie. Elle a plaidé devant plusieurs cours et tribunaux, notamment la Cour suprême du Canada, la Cour d’appel fédérale et la Cour fédérale, le Tribunal canadien des droits de la personne, et la Cour supérieure de Californie. Sheila a travaillé avec l’Association du Barreau canadien (ABC), tout au long de sa carrière; en tant qu’ancienne enseignante, elle s’intéresse particulièrement au développement professionnel des avocats. Elle est présidente du Comité permanent de développement professionnel de l’ABC; elle est également membre du Comité d’initiatives internationales de l’ABC.

 

 

Farhat Rehman

 

Farhat Rehman

Mme Farhat Rehman est membre de l’association Mothers Offering Mutual Support (MOMS), un groupe de soutien qu’elle a co-fondé avec des femmes qui, comme elle, ont un fils ou un proche ayant des démêlés avec le système de justice pénale du Canada. Farhat s’occupe non seulement du soutien et de l’éducation, mais aussi du groupe de défense de MOMS. Elle a participé aux activités de défense en parlant de son expérience en tant que mère d’un fils incarcéré, souffrant de maladie mentale. Elle soutient des dispositions de réforme et de réhabilitation du système de justice pénale du Canada, accompagnés de programmes visant à alléger le fardeau de l’incarcération pour les familles et les détenus. Farhat est la dirigeante de la section d’Ottawa d’une organisation nationale de femmes, le Conseil canadien des femmes musulmanes, pour lequel elle a contribué à planifier et organiser des conférences nationales portant sur l’égalité des femmes, la justice sociale, l’engagement civique et la justice du genre pour les femmes, En 2016, elle remportait le prix Women who inspire. Farhat a trois enfants maintenant adultes et un petit-enfant; elle habite à Ottawa.

Natasha Bakht

 

Natasha Bakht

Natasha Bakht est professeure agrégée de droit à l’Université d’Ottawa, où elle enseigne de droit familial et pénal et donne des cours sur les enjeux touchant le multiculturalisme dans la loi. Ses services ont été retenus par le Barreau de l’Ontario en 2003 et elle a été assistante judiciaire de la juge Louise Arbour à la Cour suprême du Canada. Sa bourse en droit explore les questions de liberté religieuse et d’égalité auxquelles font face les membres de la communauté musulmane et d’autres groupes de femmes marginalisées au Canada. L’activisme juridique de Mme Bakht comprend une implication auprès de l’Association nationale de la femme et du droit, du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes et du Musée canadien pour les droits de la personne. Elle et son amie et collègue Lynda Collins ont récemment repoussé les frontières de la loi en devenant toutes deux mères de leur fils, malgré le fait qu’elles n’entretiennent pas de relation conjugale. Elle est actuellement éditrice pour la portion anglophone de la Revue femmes et droit et danseuse et chorégraphe de danse contemporaine indienne.

 

 

Kelly J. Lendsay

 

Kelly J. Lendsay

Kelly est un entrepreneur social reconnu internationalement en tant que l’un des principaux innovateurs de l’inclusion en milieu de travail et de la création de partenariats au Canada. Grâce à son style de communicateur dynamique et à sa réussite en tant qu’entrepreneur social, il s’est forgé une réputation de meneur éclairé et engageant, de facilitateur, et de créateur de liens entre les peuples et les entreprises autochtones et non autochtones élaborant des partenariats fiables en faveur d’un nouveau capital social et économique, dans tout le Canada et à l’étranger. Fier meneur autochtone de la nation crie au Canada, Métis et d’ascendance européenne, vivant une indéfectible passion pour une société inclusive, il évolue harmonieusement entre deux mondes, suscitant un esprit de confiance et de sains partenariats. L’Université de la Saskatchewan a reconnu Kelly comme l’un de ses « 100 anciens élèves d’influence »  en l’honneur de ses réalisations et leur influence sur la croissance et le développement de l’université, de la province et du monde. Il a siégé sur plus d’une douzaine de conseils d’administration corporatifs, fédéraux et non lucratifs au Canada; il a présenté plus de 300 conférences publiques, forums et ateliers.

Renée Vaugeois

 

Renée Vaugeois

Mme Renée Vaugeois est actuellement directrice exécutive du Centre John Humphrey pour la paix et les droits de la personne, et présidente du Comité de lutte contre les crimes haineux de l’Alberta, coalition visant le renforcement de la loi et formée d’organisations œuvrant pour éliminer la haine dans la province.  Renée est la fondatrice et actuelle trésorière de Ainembabazi Children’s Project, organisation engagée à renforcer les droits des enfants en Afrique de l’Est en favorisant l’indépendance des familles et des communautés. Renée est également directrice de « Femmes en sécurité internationale Canada », réseau professionnel de femmes œuvrant dans le domaine de la paix et de la sécurité. Elle a mis en place des activités pour renforcer la défense des droits humains et le changement systémique grâce à la Edmonton Coalition for Human Rights. Renée fait aussi partie du comité national de la Fondation Catherine Donnelly qui travaille  à établir d’importantes plateformes d’apprentissage d’éducateurs adultes dans une optique de changement social aux plans local et national. Renée est également directrice de « Femmes en sécurité internationale Canada ».

Odélie Joly

 

Odélie Joly

Depuis plusieurs années, Odélie Joly s’implique dans l’organisme de défense de droits humains Amnistie internationale. Elle anime des formations auprès des jeunes, en plus de faire partie du conseil d'administration de sa section canadienne francophone. Son engagement s'est renforcé en 2012 durant le mouvement étudiant contre la hausse des frais de scolarité au Québec. Odélie complète présentement un baccalauréat en criminologie et études des femmes à l'Université d'Ottawa.

 

 

 

Tammy Robinson

 

Tammy Robinson

Je m’appelle Tammy Robinson. Je viens d’une réserve isolée, la Première Nation Oxford House. J’ai actuellement 20 ans. Je finis en ce moment ma douzième année à l’école secondaire locale, à l’âge de 20 ans. Avant cela, j’avais décroché de l’école plusieurs fois parce que j’étais victime d’intimidation, et en raison d’erreurs que j’avais moi-même faites. Dans ma réserve isolée, j’ai vu beaucoup de choses arriver et des gens être traités de manières qui, selon moi, ne sont pas acceptables, et j’aimerais faire des changements, dans ma communauté et à l’extérieur de cette dernière. Pour y arriver, j’assiste à des conférences présentées dans ma province et ailleurs, non seulement pour que ma voix soit entendue à différents endroits dans notre pays, mais aussi afin de pouvoir rapporter ce que j’ai appris dans ma réserve et en parler avec les jeunes pour les motiver à agir et leur montrer que c’est possible. Mon objectif principal est de faire de ma communauté, mais aussi du monde, un endroit meilleur, et de me battre pour les droits des Autochtones et les droits de la personne.

 

Errol Mendes

 

Errol Mendes

Le professeur Mendes est avocat, auteur, professeur et conseiller auprès d’ONG, d’entreprises, de gouvernements et des Nations Unies. Ses intérêts pour l’enseignement, la recherche et la consultation comprennent le droit corporatif et la gouvernance, la gouvernance mondiale, les affaires internationales et le droit commercial, le droit constitutionnel, le droit international, dont les lois et les politiques anti-terroristes, et la loi et la politique en matière de droits de la personne. Il a été directeur de projet pour la résolution de conflits, la gouvernance et la justice en Chine, en Thaïlande, en Indonésie, au Brésil, au Salvador, au Sri Lanka et en Inde. Le professeur Mendes agit souvent à titre de conférencier et de commentateur dans les médias sur la gouvernance corporative, le commerce international, l’éthique des affaires et du gouvernement, des sujets liés aux droits constitutionnels et humains dans l’ensemble du Canada et dans le monde. En reconnaissance de son travail sur l’éthique des affaires au Canada, le bureau du Secrétaire général des Nations Unies l’a invité à donner des conseils sur le Pacte mondial des Nations Unies. Depuis 1979, le professeur Mendes a enseigné dans différentes facultés de droit dans tout le pays. Il a été nommé au Comité du tribunal canadien des droits de la personne et a complété deux mandats. Il possède également une vaste expérience en tant qu’arbitre des droits de la personne en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario.

Hon. Michèle Rivet

 

Hon. Michèle Rivet

Me Michèle Rivet a été la première juge-présidente du Tribunal des droits de la personne du Québec et elle a occupé cette fonction de 1990 à 2010. Elle est membre du Barreau du Québec et professeure associée à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke.  Michèle Rivet est vice-présidente de la Commission Internationale de Juristes à Genève. Elle a été présidente de la section canadienne de la Commission Internationale de Juristes et présidente de l’Institut canadien d’administration de la justice. En 2011, la Cour du Québec lui accordait la médaille d’or en reconnaissance de sa carrière. En 2015, le Barreau du Québec lui octroyait un Mérite et le titre d’Advocatus Emeritus et la Commission des droits de la personne et de la jeunesse lui rendait hommage à l’occasion du 40e anniversaire de la Charte des droits et libertés de la personne. Michèle Rivet a obtenu une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal, à l’automne 2015. Au cours de ses études, elle s’est particulièrement penchée sur les Premières Nations en muséologie. Michèle Rivet a publié de nombreux articles dans des revues juridiques canadiennes et internationales, notamment sur le droit à l’égalité, la discrimination et l’indépendance de la magistrature.

Janine Lespérance

 

Janine Lespérance

Janine Lespérance est une avocate des droits de la personne. Dans son poste actuel chez Avocats sans frontières Canada, elle se concentre sur le litige stratégique et la justice transitionnelle. Elle est l'ancienne Directrice générale de la section canadienne de la Commission internationale de juristes, et a été Coordinatrice de projet au Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne, et Professeure à temps partiel pour la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Mme Lespérance possède une expérience considérable et a œuvré dans le domaine des droits de la personne et l’intérêt publique dans divers contextes et pays, y compris en pratique privée, au gouvernement, et au sein d’organisations de la société civile. Elle est titulaire d’un J.D. de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa et d’une M.A. de la Norman Paterson School of International Affairs de l’Université Carleton.

Ihsaan Gardee

 

Ihsaan Gardee

Ihsaan Gardee s’implique auprès du Conseil national des musulmans canadiens depuis de nombreuses années. Il s’est joint au Conseil national des musulmans canadiens  comme directeur de l’exploitation et des relations avec la communauté et a pris la barre de l’organisation en devenant directeur général. Il est présent dans des émissions et des médias d’information nationaux pour aborder des questions touchant les musulmans canadiens, l’Islam et les libertés civiles, et ses opinions ont été publiées dans de grands quotidiens canadiens de même que dans des publications internationales. Ihsaan a fourni des témoignages d’expert devant de nombreux comités parlementaires et sénatoriaux relativement à la façon dont des projets de loi, notamment en matière de sécurité nationale, pourraient avoir des effets défavorables sur les libertés civiles et les communautés diversifiées. Ihsaan possède de l’expérience, dans les secteurs public et privé, principalement en marketing, en communications et en gestion, en plus d’avoir travaillé, vécu et beaucoup voyagé au Canada, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Sud.

Professeure Kim Samuel

 

Professor Kim Samuel

Kim Samuel possède plus de vingt ans d’expérience à des postes de direction dans les secteurs des affaires, de la philanthropie, du développement de partenariats multi-intervenants et de la recherche universitaire. Comme directrice du Groupe d’entreprises Samuel, Mme Samuel possède un leadership d’entreprise de premier rang au Canada et à l’étranger, plus particulièrement en ce qui a trait à la responsabilité sociale d’entreprise.Pionnière dans le domaine de l’isolement et de l’intégration sociale, son travail est axé sur l’isolement social comme composante essentielle de la pauvreté multidimensionnelle et souligne l’importance de l’intégration sociale pour la dignité et reflète les difficultés en matière de droits de la personne connues mondialement. Mme Samuel travaille en partenariat avec l’Institut Synergos, la Nelson Mandela Children’s Foundation et la Fondation pour le développement communautaire afin de faire progresser la promotion et la programmation appuyant l’intégration sociale des enfants. Elle joue un rôle actif et permanent auprès de Special Olympics International, plus particulièrement en ce qui a trait aux initiatives de programmation pour le soutien aux familles et les sports unifiés. Elle s’implique aussi dans des partenariats avec des communautés autochtones du nord du Canada, notamment la Nation crie de Misipawistik, afin d’appuyer les stratégies communautaires pour renforcer l’éducation et l’emploi.

Misty Giroux

 

Misty Giroux est gestionnaire des programmes prescrits par la loi pour NAV CANADA. Elle est responsable de la direction et de la gestion des trois programmes nationaux prescrits par la loi : Confidentialité, Langues officielles et Équité en matière d’emploi, diversité et inclusion. Misty participe aussi à Light the Way, le programme de soutien des pairs en matière de santé mentale, et fait activement la promotion de l’élimination de la stigmatisation entourant les problèmes de santé mentale en milieu de travail. Misty est mère de deux enfants atteints de problèmes de santé chroniques potentiellement mortels. Elle connaît le défi émotionnel quotidien que vivent les personnes dont un proche lutte avec le même genre de maladie et le stress apparemment insoutenable qui peut en résulter. Lorsque s’y ajoutent les demandes normales de la vie quotidienne, comme le travail, l’école et les événements sociaux, le stress peut parfois sembler ingérable. Misty a continué à progresser grâce aux encouragements de sa famille et de ses amis, d’un directeur et de collègues solidaires, et de soins de santé mentale exceptionnels. Elle considère Light the Way comme sa chance de donner au suivant et de tendre la main à des collègues qui ont besoin de soutien.

Derek Jones

 

Derek J. Jones est le directeur du projet Mental Health, Privacy & Equality in the Workplace de l’Université McGill. Diplômé des universités Harvard et Yale, il travaille à l’interface des droits de la personne, des sciences de la santé et de l’éthique. Il a de plus travaillé pour des instituts de droit de la santé et de politique de santé à Boston, San Francisco et Paris. À l’Université McGill, il est membre du Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique et du groupe de recherche sur la santé et le droit. Il enseigne aussi la psychiatrie et le droit, le droit relatif au SIDA, le droit de la santé en bioéthique, le droit comparé en médecine, le droit infirmier et l’éthique. Ses études se concentrent sur les casse-têtes éthico-juridiques et médicaux de la société moderne, comme la confidentialité et la vie privée, le dépistage génétique, le droit de fin de vie, la discrimination fondée sur l’état de santé, la réglementation des produits thérapeutiques, l’expérimentation humaine, le droit à la santé, la bioéthique internationale et le droit comparatif en santé. Ses projets de recherches touchent la santé mentale et les droits de la personne au travail, les conflits d’intérêts en sciences de la santé, et les droits de la personne et les déficiences.

Fran Odette

 

Fran Odette

Fran Odette défend les droits des personnes handicapées depuis plus de 25 ans, se concentrant principalement sur l’intersection du genre, du handicap et de la sexualité. À titre de gestionnaire de programme pour Springtide Resources, elle fournit des services de prévention, d’intervention et d’éducation visant à enrayer la violence envers les femmes et leurs enfants. Fran a été impliquée dans les questions touchant les handicaps et la sexualité positive, offrant de la formation aux fournisseurs de services en matière de santé sexuelle et aux personnes handicapées. Son travail d’activiste a été effectué auprès des communautés marginalisées, y compris SexAbility, le Centre for Independent Living de Toronto, le réseau Santé arc-en-ciel, l’Institute for Research and Development on Inclusion and Society, des centres d’hébergement pour femmes, des services d’assistance juridique et des services-conseils de la région du Grand Toronto et en Ontario. Elle est coauteur, avec Cory Silverberg et la Dre Miriam Kaufman, de The Ultimate Guide to Sex and Disability - For All of Us Who Live with Disabilities, Chronic Pain and Illness. Fran enseigne le programme Assaulted Women and Children Counselor Advocate, et le cours essentiel sur les handicaps intitulé Disability Discourse : The Experienced Life.

Harriett McLachlan

 

Harriett McLachlan

Harriett McLachlan était jusqu’à tout récemment présidente du Conseil d’administration et est l’actuelle directrice adjointe par intérim de Canada sans pauvreté (CSP). Elle a donné des présentations lors de plusieurs examens du Canada par le Comité des droits de l’homme des Nations Unies à Genève. De plus, des présentations effectuées devant différents comités parlementaires ont fait  entendre la voix de la pauvreté et la perspective des droits de la personne lors de différentes discussions. Mme McLachlan est titulaire travaille dans son domaine depuis plus de 25 ans. Dans son enfance, elle a été victime de violence et d’abus sexuels, avant de vivre pendant 33 ans dans la pauvreté, dont 19 en tant que mère monoparentale, ce qui l’a inspirée à mettre en œuvre des changements positifs dans le secteur communautaire et à se consacrer aux personnes vivant dans la pauvreté partout au pays.

 

Valérie Courtois

 

Valerie Courtois

Valérie Courtois est une experte-forestière qui se spécialise dans les questions autochtones, l’écologie forestière et la gestion et la planification fondées sur l’écosystème. Elle appartient à la communauté innue de Mashteuiatsh, située sur les berges du Peikuakami, ou lac Saint-Jean.

Mme Courtois est titulaire d’un diplôme en sciences forestières de l’Université de Moncton. Elle a été conseillère en foresterie pour l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, planificatrice forestière pour la nation innue, et consultante en foresterie autochtone, y compris pour la certification et la planification spatiale, et pour la planification relative aux caribous. En 2007, elle a remporté le prix James M. Kitz de l’Institut forestier du Canada pour les contributions qu’elle a effectuées très tôt dans sa carrière à la profession forestière.

Mme Courtois est directrice de l’Indigenous Leadership Initiative depuis 2013. En plus de son travail de conservation et de planification, Mme Courtois est une passionnée de photographie. Elle est aussi membre du conseil d’administration de la Corporation du Mushuau-nipi, un organisme sans but lucratif qui encourage les échanges culturels et professionnels sur la rivière George. Elle vit à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador.

John Millar 

 

John Millar

John Millar a acquis des qualifications en développement humain et en politique humaine; il possède 12 ans d’expérience en conception et en gestion de programmes d’organisations sans but lucratif, et il a contribué à l’essor de nombreuses organisations en répondant à des besoins communautaires essentiels. Ses travaux d’enseignant et de consultant à l’Université de Guelph étaient axés sur la société civile, la conception d’un programme de diplôme universitaire et des partenariats institutionnels.

En 2009, il a fondé Water First, un organisme de bienfaisance canadien enregistré. Water First s’occupe des enjeux relatifs à l’eau chez les Premières Nations, grâce à des initiatives locales en éducation et en formation. Les programmes de cet organisme, axés sur la formation en traitement de l’eau potable et sur des projets liés à la qualité environnementale de l’eau, sont conçus en collaboration étroite avec les Premières Nations, combinant ainsi leurs valeurs, leurs coutumes et leurs traditions avec l’expertise en science de l’eau.

Les projets une fois terminés, les communautés seront aptes, pour les prochaines années, à gérer les enjeux liés à l’eau en toute indépendance, grâce à des compétentes et une expérience professionnelle locales. Water First a collaboré avec plus de trente communautés des Premières Nations en Ontario et au Québec.

Chelsea Thacker

 

Chelsea Thacker est directrice administrative de la Rainbow Coalition de Yellowknife, un organisme fournissant des services de proximité et des renseignements aux communautés des Territoires-du-Nord-Ouest et à d’autres organisations à l’échelle du Canada. Conseillère d’enfants et de jeunes de profession, elle est forte d’une grande expérience de travail avec les jeunes autochtones du Nord canadien et de l’Ontario. Chelsea travaille de concert avec la Rainbow Coalition de Yellowknife afin de sensibiliser la population aux questions touchant les personnes issues de la communauté LGBTQ+ et leur identité, en plus de militer pour un territoire plus sécuritaire et plus équitable pour les jeunes LGBTQ+.

Neil Belanger

 

Neil Belanger

Neil Belanger est directeur exécutif de la British Columbia Aboriginal Network on Disability Society (BCANDS). Neil a travaillé dans les domaines du handicap et de la santé durant plus de 20 ans, à la fois en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. Grâce au travail accompli par ses équipes et d’autres encore dans le secteur du handicap, les organisations pour lesquelles il a œuvré ont été largement reconnues pour leurs réalisations; elles ont obtenu tout récemment le prix national d’excellence 2016 en promotion de la santé de l’Association médicale canadienne, ainsi que le prix national 2015 du Juge George Ferguson de la Marche des dix sous du Canada. En 2014 et 2015, la BCANDS a été promue à l’échelle nationale par le gouvernement fédéral en tant qu’organisme ayant la « meilleur pratique » dans les services liés aux handicaps des autochtones. En avril 2017, Neil s’est rendu à Genève pour présenter au comité international des droits des personnes handicapées un rapport sur le handicap chez les autochtones, établi durant l’examen de cinq ans effectué au sein du comité des droits des personnes handicapées du Canada.

Neil a siégé sur différents conseils et comités locaux, régionaux, provinciaux et nationaux œuvrant dans le handicap et la santé. C’est un membre du clan Lax Se el (grenouille) de la Première Nation Gitxsan.

Dre Susan L. Hardie, Doctorat, Maîtrise en service social, Baccalauréat en éducation, Baccalauréat en sciences avec distinction

 

Dr. Susan L. Hardie, PhD, MSW, B.Ed., H.BSc.

La docteure Susan Hardie est directrice exécutive du Centre canadien d’études sur le handicap (CCEH) et ancienne coordonnatrice nationale du Réseau national pour la santé mentale.  Elle a travaillé dans le domaine des inter-handicaps pendant plus de trente ans, à plusieurs titres (éducatrice, chercheuse, organisatrice communautaire, intervenante, clinicienne, prestataire de services), au sein de sa communauté, aux plans national et international.  La docteure Susan Hardie a compris qu’il était important de changer les systèmes lorsqu’elle était organisatrice communautaire nationale dans les domaines de la santé mentale et des inter-handicaps.  Elle a perfectionné ses connaissances, ses compétences et ses méthodes dans le cadre d’études universitaires en travail social (1997-2009), et en tant que membre de l’équipe responsable de la stratégie nationale de la Commission de la santé mentale du Canada, chargée d’élaborer la première stratégie en santé mentale du Canada (2012).  Dernièrement, la docteure Susan Hardie s’est plongée dans ce qu’elle considère comme l’une des plus grandes expériences de sa vie, c’est-à-dire les fonctions de directrice exécutive du CCEH.  À ce titre,  elle dirige le CCEH dans un processus de changement organisationnel transformateur, afin qu’il réponde à la mission de « servir de carrefour du savoir pour soutenir l’utilisation de preuves de grande qualité en matière de politiques, de programmes et de pratiques en lien avec le handicap, en vue d’aider à créer une société inclusive et accessible à tous.  Tout le travail du CCEH s’inspire de l’objectif de justice sociale inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans d’autres cadres de justice complémentaires, et en fait la promotion (Mission du CCEH, juin 2017). »

Chef Dr Robert Joseph, Ordre de la Colombie-Britannique (O.C.-B.)

 

Chief Dr. Robert Joseph, O.B.C.

Chef Dr Robert Joseph, O.B.C., chef héréditaire de la Première Nation des Gwawaenuk, a consacré toute sa vie à bâtir un pont entre les différences engendrées par l’intolérance, le manque de compréhension et le racisme, au pays et à l’étranger.

En tant que l’un des derniers locuteurs la langue Kwakwaka’wakw, le chef Robert Joseph est un éloquent et inspirant orateur de maison de cérémonie. Il est actuellement ambassadeur de Réconciliation Canada et membre du Conseil des aînés de l’Assemblée nationale des Premières Nations. Il est également Témoin honoraire de la Commission de vérité et réconciliation (CVR).

Il était auparavant directeur général de la Société des survivants des pensionnats autochtones. En sa qualité de président de la Native American Leadership Alliance for Peace and Reconciliation, et d’ambassadeur pour la paix et la réconciliation à La Fédération interreligieuse et internationale pour la paix mondiale (FIIPM)), le chef Joseph s’est entretenu avec les dirigeants de l’Afrique du Sud, d’Israël, du Japon, de la Corée du Sud, de la Mongolie et de Washington (D.C.), afin d’apprendre et de leur faire part de sa vision de la foi, de l’espoir, de la guérison et de la réconciliation.

Marni Panas

 

Marni Panas

Marni Panas est conseillère en chef sur la diversité et l’inclusion pour Alberta Health Services, où elle fait partie de l’équipe de direction de la conception et de la mise en œuvre d’un plan provincial sur la diversité et l’inclusion, visant à créer un milieu sécuritaire, accueillant et qui favorise l’intégration pour le personnel d’AHS, les patients et leurs familles.

Elle a été invitée à présenter un témoignage devant le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles relativement au projet de loi C16 (Loi modifiant la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel), qui a reçu la sanction royale le 19 juin 2017. Elle a aussi participé aux travaux qui ont mené à l’ajout de l’identité et l’expression de genre aux motifs de distinction illicites de la Loi sur les droits de la personne de l’Alberta. Mme Panas a été invitée à faire part de ses expériences et de son expertise sur la santé et la sécurité culturelle favorisant l’inclusion pour les personnes appartenant à la communauté LGBTQ* au niveau local, national et international. Elle effectue souvent des apparitions dans les médias locaux et nationaux pour discuter d’un vaste éventail de sujets touchant la communauté au sein de laquelle elle vit. Elle a aussi été conviée à présenter ses opinions et ses expériences à l’étranger sur les ondes de CNN et de la BBC.

Mme Panas est en outre une femme transgenre qui a achevé sa transition socialement et professionnellement en avril 2014. Elle a fait preuve d’une grande transparence tout au long de son parcours dans l’espoir de favoriser l’acceptation par le biais de l’éducation et d’un dialogue respectueux.

 

Carlos A. Godoy L. 

 

Carlos A. Godoy L.

Un professionnel de carrière des relations publiques, Carlos A. Godoy L. s'est joint au Groupe Banque TD en avril 2016 à titre de Directeur régional du Développement des affaires LGBTA pour les régions du Québec et de l'Est du Canada.

Avant de se joindre à la TD, Carlos était vice-président dans une firme nationale de relations publiques et gouvernementales d'Ottawa où il offrait à ses clients des conseils d'affaires publiques compréhensifs dans plusieurs dossiers multidisciplinaires. Carlos a également été conseiller politique du président de l'Assemblée nationale du Québec, conseiller en relations avec les médias internationaux et porte-parole de langue espagnole des 1er Outgames mondiaux Montréal 2006 et directeur des affaires corporatives dans la multinationale des relations publiques Hill + Knowlton Stratégies.

Carlos est un ancien vice-président de la Chambre de commerce LGBT du Québec, ancien vice-président du Forum jeunesse régionale de l'île de Montréal du gouvernement du Québec, et est présentement le président de Ga'ava・גאווה le comité-aviseur LGBTQ de la communauté juive.

En août 2015, Carlos a été reconnu parmi 60 leaders mondiaux LGBTQ juifs et alliés par la Fondation Schusterman. En janvier 2016, Carlos a été nommé au Top 20 des personnalités de la Diversité MédiaMosaïque Banque nationale pour son leadership d'affaires et communautaire. En 2016 et 2017, Carlos a également été finaliste au prestigieux prix d'excellence Phénicia pour professionnel d'exception/carrière d'exception de la Chambre de commerce LGBT du Québec lors de ses 12è et 13è galas Phénicia. En juin 2017, Carlos a également été panéliste au Sommet de Madrid, la conférence des droits humains du WorldPride Madrid 2017.

Haroon Siddiqui

 

Haroon Siddiqui est éditorialiste émérite du Toronto Star, le plus important quotidien au Canada, en plus d’être professeur invité honoraire à la Faculté des arts et à la Faculté de communication et de design de l’Université Ryerson, à Toronto.  

Sa carrière journalistique s’étend sur une période de 50 ans, durant laquelle 8 premiers ministres fédéraux et 8 premiers ministres provinciaux (dans deux provinces) se sont succédé. Au cours de cette période, il a autant produit des reportages que superviser la couverture des nouvelles. Il a écrit longuement sur le modèle multiculturel canadien et a parlé de ce dernier partout au pays et à l’étranger.

Ses reportages l’ont mené dans près de 50 pays.

Il a obtenu de nombreuses distinctions journalistiques, en plus de l’Ordre du Canada, pour sa « défense de l’équité et de l’égalité des chances », et de l’Ordre de l’Ontario, après qu’il eut « mis au point une définition plus large de l’identité canadienne ». L’Université York lui a également décerné un doctorat honorifique, pour avoir offert une vision contemporaine de la pensée de Bruce Hutchison. Dans son ouvrage The Unknown Country, paru en 1943, ce dernier « décrivit le Canada et sa population sous un jour que peu de Canadiens connaissaient ». 

M. Siddiqui est entre autres l’auteur à succès de Being Muslim, qui décrit les campagnes de peur et de paranoïa, dans la société post-11 septembre. Il a été écrit à la suite de déplacements de l’auteur aux États-Unis, en Europe, au Moyen-Orient, en Asie du Sud et en Extrême-Orient.

Il se décrit comme un « Canadien à l’optimisme incurable ».

Jeremiah Ellis

 

Jeremiah Ellis

Originaire de Canmore, Jeremiah est un étudiant de premier cycle à l’Université de l’Alberta à Edmonton. Se spécialisant présentement en études anglaises, Jeremiah s’intéresse beaucoup à la littérature, à l’art de conter et aux droits de la personne, et ambitionne de travailler dans un secteur où il pourra défendre la justice sociale et militer. Il souhaite également devenir écrivain, espérant de continuer le travail journalistique qu’il fait déjà tout en écrivant des nouvelles de fiction. Jeremiah est d’avis que l’écriture est l’une des meilleures façons d’établir des liens avec des gens et d’accroitre la sensibilisation, et la meilleure façon d’inspirer les autres à apporter des changements. L’année dernière, Jeremiah a lancé une compagne sur les réseaux sociaux appelée World Mosaic Project. Le but de celui-ci est d’unifier le monde sur les réseaux sociaux pour s’opposer à l’islamophobie et la xénophobie qui se sont propagées dans la presse, la politique et la culture contemporaine au cours des quelques derniers mois. La compagne repose sur l’idée que la société est une mosaïque et que nos différences doivent être valorisées, car ce sont elles qui rendent notre monde beau. Dans le cadre de la compagne, Jeremiah a réussi à amener des leaders et des personnes de tout âge partout dans le monde à publier des photos d’eux en train de tenir des pancartes portant des messages de paix sur leurs réseaux sociaux dans le but d’unifier le monde contre la haine. Jusqu’à présent, la campagne #worldmosaic est toujours un mouvement continu.

 

Myriam Zaidi

 

Myriam Zaidi

Myriam s’est jointe à l’équipe d’Equitas en octobre 2016, en tant que spécialiste en éducation pour les programmes canadiens. Avant de se joindre à Equitas, Myriam a travaillé au sein d’une organisation nationale de programmes pour filles, où elle était chargée de coordonner les publications et les formations en ligne, et de favoriser les partenariats avec des organismes jeunesse partout au Canada. Son travail et son expérience bénévole auprès de diverses organisations à but non lucratif à Montréal ont porté sur les droits humains et la justice sociale, plus particulièrement sur l’autonomisation des jeunes et des femmes par l’éducation populaire. Elle termine actuellement sa maîtrise en éducation à l’Université Concordia.

 

 

Jasmin Roy

 

Jasmin Roy

Jasmin Roy est né en 1965. Comédien, animateur, metteur en scène, conférencier et auteur québécois de renom, il gravite au sein du milieu culturel depuis plus de 25 ans. Touche-à-tout, curieux et intarissable défenseur de la liberté d'expression, il porte en lui une mission de justice pour l'avenir de notre société. Reconnu pour son franc-parler et son dynamisme, il est également chroniqueur et producteur. Formé à l'École nationale de théâtre du Canada, Jasmin Roy cumule une impressionnante filmographie. Aujourd'hui fondateur et président de la Fondation Jasmin Roy, il compte assurer un milieu sain et sécuritaire pour les élèves du Québec en soutenant toutes les initiatives citoyennes qui luttent contre la discrimination et la violence à l'école.

 

Randy Boissonnault

 

Randy Boissonnault

Randy Boissonnault est le député d’Edmonton-Centre et le Conseiller spécial du premier ministre sur les enjeux liés à la communauté LGBTQ2. Avant son élection au Parlement, Randy était un entrepreneur réputé, un dirigeant communautaire et un philanthrope. Son leadership est reconnu dans le monde des affaires ainsi que dans le secteur des organismes de service public et à but non lucratif.

Randy a découvert sa passion pour le leadership et le service public à l’Université de l’Alberta où il a été président du syndicat étudiant. Après avoir étudié à Oxford à titre de boursier de la fondation Rhodes, il a travaillé comme chargé de cours au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Il a également travaillé à titre de journaliste et chroniqueur politique pour CBC/Radio-Canada et pour Les Affaires. Randy a aussi dirigé une société de service-conseil qui a aidé les petites et moyennes entreprises à résoudre les difficultés qu’elles éprouvaient sur le plan de la stratégie et de la gestion.

Fier Rotarien, Randy s’implique depuis longtemps dans des actions de bienfaisance menées localement, à Edmonton, ainsi qu’à l’étranger. Il a fondé Alphabétisation sans frontières, une ONG internationale qui a pour mission de promouvoir l’alphabétisation parmi les enfants et les adultes dans les pays en développement et au Canada. Il a également été vice-président de TEDx Edmonton et président des conseils d’administration du Conseil de développement économique de l’Alberta, de la Fédération du sport francophone de l’Alberta et des Jeux de la francophonie canadienne. Il a été l’un des 50 fondateurs de Startup Edmonton et il a complété le triathlon Ironman Canada.

 

Compagnie Dandelion Dance Performance

 

Dandelion

La seule et unique Dandelion Dance Performance Company existe pour prouver que toutes les filles, quelle que soit leur origine, leur silhouette et leur niveau d’habileté, possèdent un point de vue précieux à faire partager au monde.

Chaque année, un groupe de jeunes femmes se réunit pour créer des œuvres sur les enjeux sociaux les plus importants pour elles, comme les droits des femmes et des enfants, l’inclusion, les stéréotypes, l’image corporelle et la pauvreté. Ces œuvres découlent souvent d’expériences et d’histoires personnelles vécues par les membres de la compagnie elles-mêmes. La troupe présente des représentations environ une fois par mois sur de grandes scènes comme de plus petites, notamment dans des écoles, des centres communautaires et des universités, de même que dans le cadre de conférences nationales. Ses membres participent aussi à des ateliers mensuels de leadership et de justice sociale, effectuent du bénévolat dans leur communauté, et travaillent sur des projets spéciaux de leur choix. La Dandelion Dance Performance Company a été invitée à présenter son œuvre dans des lieux prestigieux, comme dans la salle du Sénat au parlement, et ses membres ont été invitées à siéger sur des panels d’universités respectées pour présenter leurs points de vue sur des questions comme les droits des enfants.

Un véritable modèle d’égalité et d’inclusion dans tous les domaines, la compagnie remet en question l’idée traditionnelle d’une « danseuse », jette la lumière sur les stéréotypes touchant les jeunes femmes de tous les horizons et souligne le pouvoir de l’art comme outil de changement social. Pour en apprendre davantage et pour appuyer la Dandelion Performance Company, visitez dandeliondance.ca/performance-company/.

 

L'honorable Kent Hehr

 

Kent Hehr

Ministre des Sports et des Personnes handicapées, représente la circonscription de Calagary Centre. Kent Hehr a représenté les résident(e)s du centre-ville de Calgary à l’Assemblée législative de l’Alberta pendant plus de sept ans.

Kent Hehr est né et a grandi à Calgary. Peu avant son vingt-deuxième anniversaire, alors qu’il roulait à bord de la voiture d’un ami, il a été atteint par une balle tirée d’une autre voiture, ce qui l’a laissé paralysé. Cette blessure a radicalement changé le cours de sa vie, mais n’a pas étouffé ses ambitions. Alors qu’il réapprenait à utiliser ses doigts, Kent a étudié à l’Université de Calgary et a obtenu un baccalauréat en études canadiennes, suivi d’un baccalauréat en droit en 2001.

Kent a pratiqué le droit au sein du prestigieux cabinet d’avocats Fraser Milner Casgrain. Il est également devenu un leader communautaire actif, oeuvrant auprès de Centraide Canada et au sein de la section albertaine de l’Association canadienne des paraplégiques. En 2008, Kent a été nommé l’un des vingt plus admirables Calgariens à surveiller par le Calgary Herald. Plus tard cette année-là, il a gagné la course pour représenter Calgary-Buffalo à l’Assemblée législative de l’Alberta, un siège qu’il a défendu avec succès en 2012. En tant que porte-parole, notamment de la justice, des finances et de l’éducation, Kent a forcé le gouvernement à rendre des comptes tout en jouant un rôle actif dans l’élaboration de nouvelles mesures législatives qui serviront pour l’avenir de Calgary et de l’Alberta.

 

Claudette Commanda

 

Claudette Commanda

Claudette Commanda est une Algonquine de la Première nation KITIGAN ZIBI ANISHINABEG située dans la province de Québec. Claudette est diplômée de la faculté de common law et de la faculté des arts de l'Université d'Ottawa.

Elle a consacré ces 30 dernières années à la promotion des membres des Premières nations, de leur histoire, leur culture, leur langue, leurs savoirs traditionnels et leurs droits, et ce de diverses façons : en tant qu’étudiante, professeure, membre et présidente du Conseil des Autochtones de l'Université d'Ottawa; et dans le forum public par le biais de conférences.

Elle est professeure à l'Institut d'études féminines de l'Université d'Ottawa, à la Faculté d'éducation, à la Faculté de droit, et pour le Programme d'études autochtones. Elle enseigne des cours sur les femmes des Premières Nations, sur l’éducation autochtone, les membres et l’histoire des Premières Nations, les traditions autochtones et la décolonisation.

En outre, elle est directrice exécutive de la Confédération des centres éducatifs et culturels des Premières Nations, une organisation nationale chargée de protéger, promouvoir et revitaliser les langues et cultures des Premières Nations.

Elle est intronisée à la Common Law Honor Society; a rempli deux mandats nommés à titre de conseil de gouverneur pour l'Université des Premières Nations du Canada; et a servi trois mandats élus sur le conseil de bande Kitigan Zibi.

Plus récemment, elle a été nommée «première aînée en résidence» pour la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa; et au Conseil des gouverneurs de l'Université d'Ottawa.

Elle est mère de quatre enfants et grand-mère de dix petits-enfants.

 

Caitlin Tolley

 

Caitlin Tolley est algonquine de la communauté de Kitigan-Zibi Anishinabeg. Elle a récemment reçu son doctorat en droit de l'Université d'Ottawa. Caitlin achève actuellement son stage de formation professionnelle à la Banque Royale du Canada, à Toronto. Avant de faire ses études en droit, elle a servi sa communauté en tant que conseillère de bande élue.

Date de modification :